Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2017

LE PATINAGE

- Les choses arrêtent jamais.

- Une attend pas l'autre...

- ... qui attend pas l'autre...

- ... qui attend pas l'autre...

- La nouvelle affaire, là, c'est le patinage artistique, est-ce qu'il y a quelque chose au monde qui est plus nul que le patinage artistique, d'après toi, Chose ?

- Mettons que le patinage artistique c'est assez nul, merci.

- Je te le fais pas dire.

- Merci.

- Tu peux pas faire grand-chose dans le patinage artistique, les trois quarts du temps ils sont en train de prendre leur élan en patinant, et le reste du temps ils font les mêmes trois quatre affaires que tout le monde connaît, garrocher la fille dans les airs, etc.

- En somme, c'est un peu lassant.

- C'est un peu lassant à la longue, en effet.

- C'est pas très distrayant.

- En effet.

- Dans ce cas-là, pourquoi les arénas sont pleines à longueur d'année, pourquoi le monde arrêtent pas de regarder ça à la télévision jour après jour comme des hosties de malades ?

- C'est vrai que c'est un fléau qui commence à avoir de l'ampleur.

- Les patineurs olympiques, leurs carrières c'était pas grand-chose, finalement, il y avait pas tellement de débouchés, à part entraîner d'autres patineurs olympiques qui allaient entraîner d'autres patineurs olympiques, etc., ça fait qu'ils ont inventé le « patinage artistique » pour essayer de gagner leurs vies mais toujours en faisant du patinage, mettons.

- Tu mets un peu de musique, le monde aiment ça, ça leur en prend pas plus.

- Mais tu remarqueras une chose, c'est qu'après leurs soi-disant numéros de patinage « artistique » il se passe quoi, il se passe que tu as des juges qui leur donnent des points, comme quand ils étaient dans les olympiques, c'est fait exactement de la même manière, « 4.7 », « 5.9 », « 5.3 », etc.

- C'est vrai.

- C'est seulement un show, tu comprends, mais ils reçoivent quand même des points, ils sont « premiers », ou « deuxièmes », ou « nuls », le monde aiment ça, ça leur rappelle les jeux olympiques, ou les concours de chiens ou de beauté, ou je sais pas quoi.

- Oui, mais c'est quoi le gag, à ce moment-là ?

- C'est de la business, c'est tout.

- L'autre jour, j'ai entendu une petite fille dire « le patinage à vitesse », je lui ai dit « non, on dit le patinage de vitesse », elle m'a répondu : « Moi je connais quelqu'un qui prend des cours de patinage À vitesse. »

- Elle est assez comique, celle-là.

- Elle est surtout assez vite.

- Sur ses patins.

- C'est ce que j'allais dire.

- De toute façon, moi je me dis que même aux jeux olympiques, c'est quoi le trip du patinage ?

- Un de mes amis était guitariste, une fois qu'on était en train de jouer je lui dis : « Tu patines en tabarnak », il a mal pris ça.

- C'était un bon guitariste.

- C'est ça, je veux dire que c'était dit comme pour dire : « Continue, c'est bon ton affaire. »

- C'est le mot « patiner » qu'il avait pas aimé.

- Bref, la question c'est : pourquoi le monde vont voir ça, pourquoi le monde regardent ça à la télévision, pourquoi le monde aiment ça.

- C'est parce que c'est une distraction.

- Une distraction, une distraction...

- Oui, c'est juste une distraction.

- Tu veux dire distraction dans le sens que tout le monde regarde ça juste « par distraction », c'est-à-dire pour se distraire ?

- Oui.

- C'est vrai que le monde aiment se distraire.

Samedi 10 janvier 2004

 

Écrire un commentaire