Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

UN CHAUSSON AVEC ÇA ?

- La Française, tu l'as revue ?

- La petite fille ?

- Oui.

- Oui, je l'ai revue, je voulais la refourrer, je l'ai refourrée.

- Moi, l'autre jour, j'ai fourré une négresse.

- Quand ça, l'autre jour ?

- Je sais pas, la semaine dernière, je pense.

- Il commence à y en avoir pas mal, des négresses, en ville, tu trouves pas, toi ?

- Une belle négresse, moi j'aime ça, négresse ou n'importe quoi, de toute façon une belle femme c'est une belle femme.

- Moi aussi j'aime ça, les négresses, en tout cas j'ai rien contre, mettons, au contraire.

- Les négresses, avec les babines qu'elles ont, tu te fais sucer comme un dieu, mon ami, par ces filles-là, ça se peut pas.

- Les babines, les boules, le cul, elles sont faites comme des vraies machines à fourrer, ces salopes-là.

- À quatre pattes par en arrière, le cul d'une négresse c'est quelque chose en tabarnak.

- Elles ont le cul pour les fourrer par en arrière, mets-en.

- Par contre, une négresse par en arrière c'est noir pas rien qu'à peu près, si tu lui vois pas les yeux, les dents par en avant, c'est dans le très noir, merci.

- La nuit, surtout.

- Exact.

- En fait, le problème avec les négresses, c'est que tu peux pas être trop sado-maso, il y a toujours l'éternelle affaire de l'esclavage, du racisme, il faut que tu fasses attention si tu veux, mettons, les enchaîner, ou les fouetter ou leur cracher dessus en les fourrant.

- C'est vrai, tu peux pas les traiter de n'importe quoi, genre « mon hostie de chienne », la fille va se mettre à penser que tu es raciste, que tu le penses vraiment.

- Oui, mais si elle pense ça, c'est parce qu'elle est pas vite vite, la fille.

- D'un autre côté, ça fait un peu drôle si la négresse c'est une « dominatrice », si c'est elle la sado qui veut te fouetter, tu as comme l'impression qu'elle se venge sur toi de son esclavage, tu payes pour tous les hosties de Blancs racistes qui l'ont fait chier toute sa vie.

- Ça dépend, si tu es un vrai maso, tu dois aimer ça, c'est encore plus excitant d'être l'esclave d'une femme négresse que de n'importe quel autre genre de femme, il me semble.

- Autrement dit, il y a du pour et du contre.

- C'est à peu près ça.

- Avec les négresses, il y a une autre affaire, par exemple, il faut que tu fasses vraiment attention pour pas que la fille tombe enceinte.

- Pourquoi tu dis ça ?

- Mettons que la fille a un enfant et que c'est un garçon, il grandit, à quinze ans c'est comme une copie de toi, c'est comme un deuxième « toi-même », parce que c'est ton fils, mais tu es devenu à moitié nègre, tu imagines le trip ?

- Méchante mutation.

- Tu as beau pas être raciste, de là à vouloir devenir un nègre, je sais pas si ça me tenterait vraiment, moi.

- Oui, mais la négresse peut avoir une fille au lieu d'un garçon, à ce moment-là c'est pas comme si ton deuxième toi-même c'était un nègre, puisque toi tu es pas une fille.

- Ta fille, c'est quand même ta fille, c'est un peu comme un autre toi-même dans ce sens-là.

- En tout cas, ça fait des beaux mélanges, moi je trouve, j'aime ça, moi, les mulâtres, les femmes mulâtres, surtout, c'est pas trop nègre, c'est pas trop blanc non plus, c'est « exotique », mais pas pour virer fou.

- Oui, mais si ton enfant est à moitié nègre, je sais pas, moi, c'est un assez drôle de trip, tu trouves pas ? En tout cas, moi je pense que j'y penserais deux fois avant de m'embarquer...

Jeudi 25 décembre 2003

 

Écrire un commentaire