Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2017

PAUVRE DE MOI

Je suis pauvre.

Je peux pas dire le contraire, je suis pauvre. Je suis vraiment pauvre.

Non, je suis pas « vraiment pauvre », je suis juste « pauvre ».

Quand on est pauvre, on est pauvre, c'est tout, on est pas pauvre un peu, à moitié, partiellement, à peu près, tout à fait, terriblement, absolument, épouvantablement, ridiculement, magnifiquement, on est juste pauvre.

Autrement dit, on a pas d'argent.

C'est pas qu'on a « pas tellement » d'argent, « pas assez » d'argent, « pas beaucoup » d'argent « en ce moment », non : on a juste pas d'argent.

Habituellement, les pauvres sont pauvres longtemps, toute leur vie, même, des fois, ça arrive assez souvent. Les riches sont riches en général toute leur vie eux autres aussi, quand tu as de l'argent la plupart du temps tu en as déjà eu avant, tu en as aujourd'hui, tu vas en avoir toute ta vie, tu vas être aimé toute ta vie aussi parce que tout le monde aime les riches qui ont de l'argent. Par contre, personne aime les pauvres, justement parce qu'ils ont pas d'argent, c'est comme mathématique, il y a pas vraiment moyen d'en sortir.

Quand tu es pauvre, tu es pas content parce que tu as rien et que tu peux pas rien avoir non plus. C'est pas facile d'avoir rien et de pas pouvoir rien avoir. Il faut que tu aies des céréales et du lait pour mettre dans tes céréales et de la crème à barbe et un briquet ou des allumettes et du savon pour laver ton linge et un sac de couchage et des ampoules et une télévision pour passer le temps et de la moutarde et de la margarine et du papier de toilette pour te torcher le cul et un timbre aussi de temps en temps et des lacets si par malheur tu casses un de tes lacets et un téléphone et du chauffage et finalement toutes sortes de choses presque essentielles rien que pour arriver à pas crever totalement.

Quand tu es pauvre, tu as pas de femme, tu as pas d'amis non plus, mais souvent tu as des enfants, par exemple, c'est bizarre, mais c'est vrai, on dirait que ça va ensemble, les enfants et la pauvreté, mais quand tu es pauvre tes enfants sont comme tout le monde, ils t'aiment pas parce que tu es pauvre et que tu as rien et que tu peux pas rien leur donner, même qu'ils t'en veulent d'être pauvre, tes enfants, ils te le reprochent d'être pauvre, ils se mettent à t'accuser d'être pauvre, comme si tu étais un vrai bandit, et ça c'est vraiment pas drôle.

Moi, une fois, quelqu'un m'a déjà dit : « Ta pauvreté me fait chier ! » Je lui avais rien fait, pourtant, moi, à ce gars-là, il aimait pas les pauvres, c'est tout, la pauvreté ça l'écœurait, il pouvait pas sentir ça, lui, la pauvreté, bref, il était comme tous les gens normaux sauf que lui il se gênait pas pour te le dire en pleine face, lui.

Pourquoi on est pauvre, parce que personne nous aime. C'est pour ça que personne veut nous donner de l'argent, si le monde nous aimaient ils nous donneraient de l'argent pour qu'on soit plus pauvre, mais comme ils nous aiment pas ils nous donnent pas d'argent.

Ou bien on est pauvre parce qu'on aime personne, personne nous donne de l'argent parce qu'on demande de l'argent à personne, parce qu'on aime personne. Il faut aimer quelqu'un pour lui demander quelque chose, en tout cas il faut lui dire qu'on a besoin de lui, et si on a besoin de personne on peut rien demander à personne, ça fait qu'on a rien, on est pauvre.

Des pauvres, il y en a en masse partout à travers le monde, mais ça on s'en fout, même les pauvres s'en foutent, ils aiment pas les pauvres eux autres non plus, les pauvres, ils s'aiment pas eux autres-mêmes, dans le fond du fond c'est pour ça qu'ils sont pauvres et qu'ils restent toujours pauvres, les pauvres.

Mardi 23 décembre 2003

 

Écrire un commentaire