Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2017

DE RETOUR APRÈS LA PAUSE

Un jour, les femmes qui passent leur temps à chialer pour des niaiseries se sont mises à dire : « Ah, c'est pas juste, nous autres aussi on aimerait ça avoir le droit de conduire des autobus et des bulldozers pleins de boue sale et d'être des petits soldats débiles dans l'armée canadienne et des haltérophiles arrangés comme des espèces de monstres et des ministres du Commerce extérieur et de jouer au hockey et même de ramasser les vidanges comme n'importe quel homme digne de ce nom si c'est ça qu'on veut faire dans la vie, etc. »

Les hommes ont réfléchi deux trois minutes et finalement ils ont dit : « Ah, faites donc ce qui vous tente, tabarnak ! », et ils les ont laissées faire.

N'écoutant que leur courage, les femmes sont donc devenues « vidangeures » pour leur plus grande gloire et leur plus grand bonheur, etc., le temps a passé et un jour, elles qui sont jamais contentes de rien, elles ont recommencé à chialer et elles se sont mises à dire : « Ah, c'est pas juste, nous autres on a une chose qui s'appelle la ménopause tandis que vous autres les hommes vous avez absolument rien, mais il faudrait que vous ayez quelque chose comme une ménopause pour hommes parce que comme ça on pourra vraiment être vos vraies égales, autrement on sera pas contentes et on arrêtera pas de continuer à chialer et on va assez vous faire chier que vous en pourrez plus de nous avoir sur le dos, vous allez voir, maudite gang d'hommes à la marde, etc. »

Les hommes, qui dans le fond se sacrent pas mal de tout, ils ont réfléchi deux trois minutes et finalement ils ont dit : « Bon, OK, c'est correct, si ça peut vous faire plaisir mettons qu'à partir d'aujourd'hui vous allez avoir le droit d'écrire des articles dans les magazines et de faire des reportages à la télévision et d'écrire des livres de psychologie scientifique pour dire que nous autres les hommes on a ce que vous voulez appeler, comment déjà, ah oui, une '' andropause '', êtes-vous contentes, là, maudite gang de fatigantes à la marde ? »

Pardon ? Une quoi ? Vous avez dit une « andropause » ? Une « andropause » comme dans « ménopause » mais pour les hommes ?

Wo ! Un instant ! Une petite minute ! Il y a pas d' « andropause ». L' « andropause » pour les hommes comme dans « ménopause » pour les femmes, ça existe pas. ÇA EXISTE PAS !

C'est quoi, la ménopause ? C'est la fin définitive et irrévocable, au milieu de la vie environ, de la fonction reproductrice chez le spécimen femelle de l'espèce humaine. Pour le spécimen mâle de la même espèce, les choses se passent pas du tout, je dis bien PAS DU TOUT de cette manière-là. PAS-DU-TOUT !

Il faut pas avoir lu des tonnes et des tonnes de livres de psychologie scientifique ni même de médecine ou de biologie scientifiques pour savoir qu'aucune, je dis bien AUCUNE femme de quatre-vingts ans a jamais, je dis bien JAMAIS accouché d'un enfant, même prématuré ou infirme ou n'importe quoi, tandis qu'il est PARFAITEMENT POSSIBLE à un homme de cet âge-là et même plus vieux que ça de devenir PÈRE, c'est-à-dire de FAIRE UN BÉBÉ à une femme qui est ni une enfant ni une MÉNOPAUSÉE mais qui est une femme FERTILE. Pourquoi ? Parce qu'à quatre-vingts ans et même plus, L'HOMME PEUT ENCORE ÊTRE FERTILE, alors que C'EST PAS LE CAS DE LA FEMME qui, elle, devient « collectivement » INFERTILE À LA MÉNOPAUSE, ce qui est précisément la définition de LA MÉNOPAUSE, PHÉNOMÈNE EXCLUSIVEMENT FÉMININ !

La femme vieillit, l'homme vieillit aussi. Au milieu de sa vie, la femme devient À JAMAIS INFERTILE, au milieu de sa vie l'homme devient PAS À JAMAIS INFERTILE. OK, là ?

Passons à un autre appel.

Mardi 16 décembre 2003

 

Écrire un commentaire