Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2017

HANK

I'm gonna find me a river / one that's cold as ice / and when I find me that river / Lord I'm gonna pay the price / I'm going down in it three times / but Lord I'm only coming up twice / cher bon vieux Hank, je l'aime bien, Hank Williams, je l'aime beaucoup plus que Leonard Cohen, même, Shinad O'Connarde je l'encule bien poliment mais si ce soir elle me disait « Nothing compares to you » j'aurais presque envie de la croire, I'm so lonesome I could die, j'en ai plein mon cul de tout ça, non, ce qui va, ça va, c'est ce qui va pas qui va pas, c'est seulement ça, c'est salement ça, c'est bien beau la neige mais ça me donne quoi à moi, c'est bien beau la vie, les parachutes, les parapluies, les tomates en boîte, le prélart, quel drôle de mot, en français de France « prélart » ça veut dire « grosse toile imperméabilisée servant à protéger marchandises, chargement d'une voiture, embarcations d'un navire, voir : bâche », c'est instructif, ça, c'est un terme de marine, nous autres le prélart on le met sur nos planchers pour les recouvrir, je me sens aussi bas qu'un plancher de cave, le moral dans le prélart, « plancher : partie inférieure du plancher, appelée de nos jours plafond » (Le Petit Robert), il est vingt-deux heures, dix heures du soir, vendredi soir, quand on t'arrache la tête au moins c'est fini, quand on t'arrache le cœur c'est le contraire, c'est pas fini, ça commence, on mange le cœur de l'artichaut, on jette le reste, le reste ça vaut pas de la marde, ça veut dire que c'est même pas de la marde, autrement dit la marde ça vaut encore mieux que ce qui vaut pas de la marde, quelque chose qui vaut pas de la marde vaut MÊME PAS de la marde, qui vaut pas grand-chose, qui vaut rien même, je suis dans la marde, « ses ancêtres régnaient sur Cocusse, un pays mou / où les gens sont dans la merde jusqu'au cou », Audigier, il fait froid maintenant, allume une lampe dans le monde et tiens-toi près de la lampe, OK, ça marche, mais il faut d'abord trouver le monde et ça, c'est comme moins évident, allume une cigarette, éteins une cigarette, allume, éteins, j'aimerais mieux allume et étreins, allume, étreins, I went down to the river / to watch the fish swim by / but I got to the river / so lonesome I wanted to die / oh Lord / ce cher bon vieux Hank, un soir il est soûl mort, comme d'habitude, il monte sur la scène, il regarde la salle, le public, il dit : « Est-ce qu'il y en a ici ce soir qui sont venus voir Hank Williams ? », naturellement la foule en délire lui hurle « Oui, oui ! ! ! », le bon vieux Hank les regarde tranquillement et il leur dit : « Ben vous l'avez vu, tabarnak ! », et il crisse son camp, il décâlisse, il disparaît, il a même pas joué une seule note,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

,

.

Vendredi 19 décembre 2003

 

01/12/2017

CECI EST UN TEXTE

Un texte est un texte.

Ceci est un texte.

 

Vendredi 19 décembre 2003

 

30/11/2017

SPÉCIAL ARTISTES

I

Un écrivain, la différence c'est qu'il les écrit.

 

II

Un artiste est quelqu'un qui vous dit : « Oui, je suis un peu perdu, autrement ce ne serait pas très amusant ».

 

III

- Ce qu'on appelle la créativité, c'est une machine à opérer tout ça malgré tout.

- Malgré tout quoi ?

- Malgré tout ça.

 

IV

Être artiste, c'est poser la question.

- La lune est pleine.

- Pleine de quoi ?

 

V

Les artistes sont des personnes qui pensent et croient que les gens existent pour les admirer.

 

VI

Une fois qu'on a trouvé la beauté dans l'art, on n'érotise plus nécessairement l'amour.

 

VII

Tout effort conscient tend à devenir grâce.

 

VIII

Quand un écrivain n'écrit pas, la scène lui manque.

 

IX

Tout effet de style est pervers et tout est style.

 

X

L'art, ce n'est rien, le grand art c'est de la perversion.

(Freud disait : « Les pervers ne le deviennent pas, ils le demeurent. »)

 

XI

Le roman mène tout droit à l'alcoolisme, c'est bien connu.

 

XII

Être écrivain, c'est comme être alcoolique quand c'est bien fait.

 

XIII

Les névroses des artistes, les petits secrets insignifiants, les énormes et inutiles constructions pour les cacher, pour les révéler.

 

XIV

Quand on se met à considérer l'art comme une fabrication, ce qu'il est, il perd tout intérêt, sauf celui de sa fabrication.

 

XV

Être artiste passé quarante ans, c'est se rêver encore princesse au bal à minuit passé.

 

XVI

Les écrivains sont de vieux monsieurs qui se sentent tout tristes quand ils ne sont pas en train de tripoter de vieux papiers.

 

XVII

Ici, c'est difficile d'être écrivain, parce qu'ici, c'est l'Amérique.

 

XVIII

À bien y penser, je crois que je vais donner à l'ensemble de mon œuvre le titre de L'étendue du désastre.

 

XIX

Les gens qui m'accusent de n'avoir aucun talent sont uniquement ceux qui ont lu tous mes livres.

 

XX

Ce que j'aurais aimé savoir, moi, et qu'ils ne nous ont jamais dit, c'est de quoi pouvait bien vivre un petit trou du cul comme André Breton.

 

XXI

C'est assez simple, finalement, il y a eu un âge d'or de la littérature, et il est fini, et personne n'y peut rien.

 

XXII

Salman Rushdie : « Le roman n'est pas mort, il est enseveli. »

 

XXIII

Les artistes vieillis, c'est toutes des vieilles plotes.

 

XXIV

- Retenez bien mon nom, vous n'en entendrez plus jamais parler !

Samedi 20 décembre 2003