Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2017

LA SURVIE DE L'ESPÈCE

Un lecteur m'écrit, voici sa lettre.

« Cher Maître,

« Je suis bien d'accord avec vous et même plus que ça si c'était possible. Même que j'en rajouterais ! Il ne m'arrive seulement qu'une fois par dix ans au moins d'écrire ma pensée à une personnalité connue mais là je ne peux pas passer à côté de cette occasion ! J'ai pour ma part un certain âge pour ne pas dire un âge certain et je peux vous dire entre hommes que l'andropause pour Jean-Guy X ce n'est pas pour demain matin ! Surtout pas avec la paire de couilles que j'ai si vous me passez l'expression, des vraies boules de feu dures comme de l'acier trempé et le colonel au garde-à-vous vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ah pas besoin de Viagra pour Jean-Guy X ça je vous le garantis !

« Bon courage et surtout ne lâchez pas !

« Avec toute mon admiration,

« Jean-Guy X »

« P.S. Je vous joinds un petit chèque pour vous encourager, acceptez ce modeste pactole d'un ami qui vous soutient à 110%. »

Eh bien, mon cher Jean-Guy X, je vous remercie beaucoup. Soyez assuré que j'utiliserai votre 10 $ à bon escient !

Des couilles d'acier trempé qui sont des boules de feu, quelle image ! Bravo ! Vous savez manier la plume ! Surtout restez ferme, si vous voyez ce que je veux dire !

En effet, cher ami, la prétendue « andropause » n'est qu'une connerie inventée par le mouvement féministe dans l'espoir de rabaisser le mâle. D'ailleurs, entre vous et moi, qu'est-ce que c'est que cette histoire de féminisme ? Il n'est pas étonnant que ça ne fonctionne pas, c'est une affaire de femmes !

Mais ne soyons quand même pas trop durs avec nos amies les femmes, essayons plutôt de les comprendre. Leur développement sexuel et mental fait en sorte qu'après l'âge de quarante-cinq ans environ, « la boutique est fermée », comme le disait si bien Mme Ginette Reno récemment encore à la télévision. Et c'est bien là le problème, parce que si la boutique est fermée, l'homme, lui, est encore capable de faire du magasinage, et pas rien que le samedi après-midi, vous me suivez, j'espère !

Mais qui est le plus à plaindre dans ce triste constat ? Pour la première fois de sa vie, l'homme de cinquante ans ne trouve plus la réciproque chez la femelle de son groupe d'âge, il y a cette dissociation des deux vieux partenaires complices jusque-là : l'homme peut encore se reproduire, mais pas la femme.

Par contre, la femme de dix-huit, vingt-deux, vingt-cinq ans, etc., est une créature fertile, tout comme l'homme de quarante-cinq, cinquante, cinquante-cinq, soixante ans, etc.

Il n'y a donc aucun problème, après tout !

En fait, il n'y a qu'un petit problème : la femme ménopausée, infertile.

De quel intérêt peut-elle bien être pour des jeunes taureaux fougueux, débordant de précieuse semence, qui ne demandent qu'à la répandre ?

D'aucun, puisqu'elle est, elle, stérile.

De quel intérêt peut-elle être pour des vigoureux mâles de cinquante ou soixante ans, pleins d'expérience de la vie et encore débordants de fertilité ?

D'aucun, évidemment.

De là à affirmer que la femme ménopausée est une créature inutile, il n'y a qu'un pas. Cette anomalie de la nature, qui fait pourtant si bien les choses, est difficile à comprendre.

À moins que la nature, qui fait si bien les choses, justement, n'ait raison une fois de plus.

Pour se reproduire, l'homme de cinquante, soixante ans, etc., doit s'accoupler avec la femelle jeune, c'est-à-dire avec la femelle encore fertile, la survie de l'espèce en dépend ! Voilà, hélas ! le fin mot de l'histoire !

Lundi 22 décembre 2003

 

26/11/2017

ÉTERNEL FÉMININ

C'est vraiment très comique, les femmes.

Une des choses qui est le plus comique, à propos des femmes, personne le remarque jamais, en général, ça échappe à vraiment tout le monde, on dirait, c'est le fait assez étrange qu'elles se déguisent toutes en femmes.

Les hommes s'habillent ordinaire, comme du monde, c'est tout, les femmes, elles, s'habillent en femmes.

Ce qui est pas mal comique aussi, c'est que tout ce qui est réservé au déguisement des femmes est inutile ou idiot ou incompréhensible.

Par exemple : à quoi ça sert, les boucles d'oreille ?

À quoi ça sert, les talons hauts ?

À quoi ça sert, le parfum, je veux dire à moins de se faire inviter à Marie-France Bazzo pour un débat sur les odeurs avec Louise Forestier et le « cuisinier » Rimardo et d'autres tatas ?

À quoi ça sert, tout ça, à rien, on a pas vraiment besoin de ça.

Je me demande aussi comment ça se fait, moi, que les mannequins dans les boutiques de vêtements ils ont pas tous des hosties de melons, c'est quoi leur problème les hosties de magasins de linge, c'est quoi leur hostie de problème les hosties de compagnies qui font ces hosties de mannequins-là, c'est ce que j'aimerais bien savoir, moi.

Excellent sujet pour l'émission « Ici Marie-France Bazzo ! ».

En passant, j'ai déjà vu des images d'elle, moi, « Marie-France Bazzo », elle est comme qui dirait l'exemple parfait d'une « femme » qui se déguise en « femme », elle a plutôt l'air d'être faite pour la lutte gréco-romaine, je sais pas si c'est une idée que je me fais, mais son déguisement lui va pas tellement bien, je trouve, ça jure un peu.

Bref, quand un homme se « déguise », comme on dit, il se déguise habituellement en femme, c'est ce qu'on appelle les travestis, du mot « veste », vêtement, etc. Aucune femme au monde prend son pied à se déguiser en homme, ça se peut pas, se déguiser en homme ça revient à s'habiller ordinaire, c'est quoi l'intérêt d'avoir l'air ordinaire si ton trip c'est de te déguiser ?

Imagine dans l'ancien temps, c'est réel, ça se faisait, les femmes déguisaient les petits garçons en petites filles jusqu'à l'âge de cinq ans à peu près, on a des preuves de ça, on a même des photos de l'époque, authentiques.

C'était quoi l'idée, je me le demande encore.

(Entre parenthèses, mon processeur est pas fort fort, j'ai Windows XP « Professionnel », ça roule pas, j'ai pas assez de jus.)

(Retour à mon propos. ) Le déguisement des femmes en femmes, d'après moi, c'est une des conséquences de leur sexualité, ou de ce qu'on pourrait appeler leur « appareil sexuel ».

Tous les morceaux de leur appareil sont compliqués pour rien, il y a déjà de quoi te rendre folle si tu es une femme.

À part ça, dès que leur sexualité commence pendant la puberté, tout est compliqué, elles se mettent par exemple à être « menstruées », rien que le mot le dit : « menstruées », qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire, « menstruées » ? !

C'est pas un sexe que les femmes ont, c'est un appareil reproducteur, il semblerait que ça soit pour ça, les « menstruations », d'ailleurs leur vie « sexuelle » commence avec la première menstruation, justement, et quand elles sont vieilles elles font quoi, la « Grande Opération » en as-tu déjà entendu parler, toi, Chose ?

Mais j'y reviens, je suis pas fou : malgré tout, et même après La Grande Opération où elles se font jeter toute l'affaire à la poubelle, qu'est-ce que tu penses qu'elles continuent à faire, les femmes, la réponse est simple : elles continuent à se déguiser en femmes.

Ça doit faire partie de leur dressage.

Dressage, « dress », robe...

La pognes-tu ?

Lundi 22 décembre 2003

 

25/11/2017

PAUVRE DE MOI

Je suis pauvre.

Je peux pas dire le contraire, je suis pauvre. Je suis vraiment pauvre.

Non, je suis pas « vraiment pauvre », je suis juste « pauvre ».

Quand on est pauvre, on est pauvre, c'est tout, on est pas pauvre un peu, à moitié, partiellement, à peu près, tout à fait, terriblement, absolument, épouvantablement, ridiculement, magnifiquement, on est juste pauvre.

Autrement dit, on a pas d'argent.

C'est pas qu'on a « pas tellement » d'argent, « pas assez » d'argent, « pas beaucoup » d'argent « en ce moment », non : on a juste pas d'argent.

Habituellement, les pauvres sont pauvres longtemps, toute leur vie, même, des fois, ça arrive assez souvent. Les riches sont riches en général toute leur vie eux autres aussi, quand tu as de l'argent la plupart du temps tu en as déjà eu avant, tu en as aujourd'hui, tu vas en avoir toute ta vie, tu vas être aimé toute ta vie aussi parce que tout le monde aime les riches qui ont de l'argent. Par contre, personne aime les pauvres, justement parce qu'ils ont pas d'argent, c'est comme mathématique, il y a pas vraiment moyen d'en sortir.

Quand tu es pauvre, tu es pas content parce que tu as rien et que tu peux pas rien avoir non plus. C'est pas facile d'avoir rien et de pas pouvoir rien avoir. Il faut que tu aies des céréales et du lait pour mettre dans tes céréales et de la crème à barbe et un briquet ou des allumettes et du savon pour laver ton linge et un sac de couchage et des ampoules et une télévision pour passer le temps et de la moutarde et de la margarine et du papier de toilette pour te torcher le cul et un timbre aussi de temps en temps et des lacets si par malheur tu casses un de tes lacets et un téléphone et du chauffage et finalement toutes sortes de choses presque essentielles rien que pour arriver à pas crever totalement.

Quand tu es pauvre, tu as pas de femme, tu as pas d'amis non plus, mais souvent tu as des enfants, par exemple, c'est bizarre, mais c'est vrai, on dirait que ça va ensemble, les enfants et la pauvreté, mais quand tu es pauvre tes enfants sont comme tout le monde, ils t'aiment pas parce que tu es pauvre et que tu as rien et que tu peux pas rien leur donner, même qu'ils t'en veulent d'être pauvre, tes enfants, ils te le reprochent d'être pauvre, ils se mettent à t'accuser d'être pauvre, comme si tu étais un vrai bandit, et ça c'est vraiment pas drôle.

Moi, une fois, quelqu'un m'a déjà dit : « Ta pauvreté me fait chier ! » Je lui avais rien fait, pourtant, moi, à ce gars-là, il aimait pas les pauvres, c'est tout, la pauvreté ça l'écœurait, il pouvait pas sentir ça, lui, la pauvreté, bref, il était comme tous les gens normaux sauf que lui il se gênait pas pour te le dire en pleine face, lui.

Pourquoi on est pauvre, parce que personne nous aime. C'est pour ça que personne veut nous donner de l'argent, si le monde nous aimaient ils nous donneraient de l'argent pour qu'on soit plus pauvre, mais comme ils nous aiment pas ils nous donnent pas d'argent.

Ou bien on est pauvre parce qu'on aime personne, personne nous donne de l'argent parce qu'on demande de l'argent à personne, parce qu'on aime personne. Il faut aimer quelqu'un pour lui demander quelque chose, en tout cas il faut lui dire qu'on a besoin de lui, et si on a besoin de personne on peut rien demander à personne, ça fait qu'on a rien, on est pauvre.

Des pauvres, il y en a en masse partout à travers le monde, mais ça on s'en fout, même les pauvres s'en foutent, ils aiment pas les pauvres eux autres non plus, les pauvres, ils s'aiment pas eux autres-mêmes, dans le fond du fond c'est pour ça qu'ils sont pauvres et qu'ils restent toujours pauvres, les pauvres.

Mardi 23 décembre 2003