Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2017

NOEL

Si je te dis : « Les mathématiques », je suis pas très sûr que ça t'intéresse.

Mais je suis peut-être pas très sûr que tu m'intéresses toi non plus, ça fait que... ?

Ça fait que, la manière dont ça marche, les mathématiques, c'est que tu as une base, autrement tu aurais seulement des unités et ça serait l'enfer.  Disons que tu as la base « 10 », tu procèdes avec des multiples de « 10 », quatre fois dix ça fait quarante, dix fois dix ça fait cent, cent fois dix ça fait mille, etc.

Le système « métrique » (le mètre), c'est un système à base « 10 », dix décimètres (10 x 10) = un mètre, cent (10 x 10) centimètres = un mètre, etc.

Il existe aussi une base « 20 », etc., même qu'il existe une base « 60 ».

Compliqué, tu me diras.  Non : les Babyloniens travaillaient avec une base « 60 » et il semblerait qu'on leur doit quoi... ?

Tu t'es jamais demandé pourquoi les minutes ont « 60 » secondes ?

Tu t'es jamais demandé pourquoi les heures ont « 60 » minutes ?

Une circonférence, c'est quoi ?  C'est 360 degrés : 60 x 6.  Base « 60 », ou base « 10 » (10 x 6 x 6 = 360), ou base « 20 » (20 x 3 x 6).

En cartographie, tu as la latitude et la longitude, le point où deux lignes se croisent, et les degrés de latitude et de longitude se divisent en « minutes » et en « secondes » : base « 60 ».

Tu me suis ?

Le cycle lunaire, lui, c'est quelque chose comme 28,3 jours.

« Jean-Guy est venu il y a plusieurs lunes. »

C'est une « base » un peu drôle.  Comment tu calcules une année avec une base « lunaire » ?

28,3 x 12 = 339,6 jours.

Ça marche pas.

Avec un système à base « 20 » ça marche, les Incas entre autres l'ont trouvé, ou les Aztèques, tout le monde les mélange toujours, ces deux tribus-là.

Bref, les Incas ou les Mayas ou les je sais pas quoi ont découvert le Calendrier, les petits génies, ils ont découvert qu'une année terrestre, le temps que la Terre prend pour faire le tour du Soleil et que ça recommence, c'est un calcul mettons à base « 20 » : 20 x 18.

Je te vois venir, tu vas me dire : oui, mais il y a pas 20 x 18 (= 360) jours dans une année, il y en a 20 x 18 + 5 = 365.

Eh bien, et c'est là que les mathématiques ça devient vraiment intéressant, en fait il y a effectivement 360 jours dans une année.

Les peuples qui ont découvert le Calendrier, avec une « base » ou une autre, sont arrivés à un calcul de 360 jours par année, le reste des unités entrait pas dans leur système, c'est-à-dire dans une « base », ça fait qu'ils ont dit : « Une année, c'est 360 jours, plus quelques autres jours qui sont ce qu'on va appeler des non-jours, mettons, parce qu'ils marchent pas dans notre base, donc ces jours-là tu peux faire n'importe quoi parce que c'est des non-jours, c'est comme ça qu'on les explique ces jours-là, nous autres, avec notre Science des Mathématiques, OK, là ? »

OK.

Le monde qui connaissent rien sont toujours prêts à faire ce que le monde qui connaissent tout leur disent de faire, exemple : à chaque année, ils ont cinq jours (360 + 5) qui sont des non-jours, dans ces cinq jours-là il y en a un qu'ils ont baptisé « Noël », qui explique les quatre autres, ce qui fait un total de cinq en tout.

- C'est Noël, on est dans des non-jours, on peut devenir complètement débiles, les Incas l'ont dit, et ils étaient très intelligents, les Incas, ils ont même découvert Le Calendrier !

Et c'est là qu'arrive un redoutable prédateur, toujours le même, mais déguisé autrement, et il te mange tout ton argent.

Tu vois, c'est mathématique.

Mardi 23 décembre 2003

 

23/11/2017

HIER ENCORE

- Qu'est-ce que tu as fait, toi, hier ?

- Moi, hier je me suis fait sucer, moi.

- Tu t'es fait sucer par qui ?

- Par une salope, qu'est-ce que tu penses ?

- Une salope, quelle salope ?

- Tu l'as peut-être déjà vue, elle est caissière, elle travaille à la petite épicerie à côté du magasin où ils vendent des sacs à dos.

- De quoi elle a l'air ?

- Je l'avais déjà remarquée avec sa grosse paire de boules, je l'ai rencontrée dans un bar hier soir par hasard et on est allé fourrer.

- Elle baise comment, bien, mal ?

- C'est pas ça la question, c'est une salope, c'est tout, elle a tout ce qu'il faut pour.

- Salope dans quel genre ?

- Salope dans le genre Française, mettons.

- Française avec l'accent français ?

- J'ai rien contre.

- Moi non plus, au contraire, je trouve que c'est même assez cochon, le petit accent français, quand tu fourres.

- C'est ce que je me dis moi aussi.

- Quel âge elle a, ta Française ?

- Elle a dix-neuf ans, la petite christ de putain, tu devrais lui voir la paire de roberts, toi, Chose.

- Elle en a des gros ?

- Des melons, fermes, mais pas trop fermes.

- Oui, on aime ça quand ça bouge un peu, quand même.

- Ça bougeait, c'est tout ce que je peux te dire, c'est pas une fille maigre, j'aime pas les maigres.

- Moi non plus, j'aime pas les maigres.

- Les osseuses, c'est pas mon trip.

- Moi non plus, c'est pas mon trip.

- Les osseuses, même avec des grosses boules, j'aime pas ça.

- Moi non plus, j'aime pas ça.

- Une femme, il faut que ça ait des rondeurs.

- Oui, il faut que ça soit rond, mais pas trop, pas rond genre obèse, mettons.

- Il y a des grosses qui sont fourrables, mais c'est assez rare, finalement, je sais pas pourquoi. Elle, la Française, je lui donne dix ans et elle est grosse, elle est faite pour être grosse.

- Dans dix ans, elle sera plus là, de toute façon, j'imagine.

- C'est ce que je me dis, elle est pas laide, mais c'est pas une beauté non plus, ça fait que...

- La beauté, ça vaut ce que ça vaut.

- C'est le cul qui compte. Elle, en plus, elle a comme un certain charme, elle est petite fille, elle a souvent des tresses, si tu vois le genre.

- Française et petite fille, avec l'accent, ça doit être assez bandant. Quel âge elle a, tu m'as dit ?

- Dix-neuf.

- Young blood.

- Young blood mets-en, mais c'est pas parce qu'elle est jeune qu'elle est petite fille, c'est parce qu'elle est comme ça, elle est « juvénile », mettons, elle est enfant, il y en a des comme ça.

- Il y en a qui l'ont jamais été, « petite fille », et qui le seront jamais non plus.

- C'est ça, ça dépend pas tellement de l'âge. Elle, elle est quand même assez lourde, elle a des hanches, elle a des cuisses, elle a un cul aussi, mais elle est féminine, c'est pas de la graisse qu'elle a, c'est de la grâce, elle a une certaine grâce, mettons. Je t'en parle, je bande.

- Les Françaises, en général tu peux les enculer, ces femmes-là, c'est pas toutes les femmes qui veulent se faire enculer, en général.

- Je l'ai pas enculée, une fille que tu veux revoir tu l'encules pas le premier soir, tu l'encules juste si c'est une vraie câlisse de déchaînée, si tu sens que tu peux faire n'importe quoi, mais d'habitude le premier soir tout le monde est un peu plus tranquille, gars ou fille.

- Tu veux la revoir ?

- Non, je veux pas la revoir, je veux la fourrer, je l'enculerai bien assez vite, elle perd rien pour attendre avec son gros christ de cul sale d'hostie de Française, bref, elle me plaît la salope.

Mercredi 24 décembre 2003

 

22/11/2017

UN CHAUSSON AVEC ÇA ?

- La Française, tu l'as revue ?

- La petite fille ?

- Oui.

- Oui, je l'ai revue, je voulais la refourrer, je l'ai refourrée.

- Moi, l'autre jour, j'ai fourré une négresse.

- Quand ça, l'autre jour ?

- Je sais pas, la semaine dernière, je pense.

- Il commence à y en avoir pas mal, des négresses, en ville, tu trouves pas, toi ?

- Une belle négresse, moi j'aime ça, négresse ou n'importe quoi, de toute façon une belle femme c'est une belle femme.

- Moi aussi j'aime ça, les négresses, en tout cas j'ai rien contre, mettons, au contraire.

- Les négresses, avec les babines qu'elles ont, tu te fais sucer comme un dieu, mon ami, par ces filles-là, ça se peut pas.

- Les babines, les boules, le cul, elles sont faites comme des vraies machines à fourrer, ces salopes-là.

- À quatre pattes par en arrière, le cul d'une négresse c'est quelque chose en tabarnak.

- Elles ont le cul pour les fourrer par en arrière, mets-en.

- Par contre, une négresse par en arrière c'est noir pas rien qu'à peu près, si tu lui vois pas les yeux, les dents par en avant, c'est dans le très noir, merci.

- La nuit, surtout.

- Exact.

- En fait, le problème avec les négresses, c'est que tu peux pas être trop sado-maso, il y a toujours l'éternelle affaire de l'esclavage, du racisme, il faut que tu fasses attention si tu veux, mettons, les enchaîner, ou les fouetter ou leur cracher dessus en les fourrant.

- C'est vrai, tu peux pas les traiter de n'importe quoi, genre « mon hostie de chienne », la fille va se mettre à penser que tu es raciste, que tu le penses vraiment.

- Oui, mais si elle pense ça, c'est parce qu'elle est pas vite vite, la fille.

- D'un autre côté, ça fait un peu drôle si la négresse c'est une « dominatrice », si c'est elle la sado qui veut te fouetter, tu as comme l'impression qu'elle se venge sur toi de son esclavage, tu payes pour tous les hosties de Blancs racistes qui l'ont fait chier toute sa vie.

- Ça dépend, si tu es un vrai maso, tu dois aimer ça, c'est encore plus excitant d'être l'esclave d'une femme négresse que de n'importe quel autre genre de femme, il me semble.

- Autrement dit, il y a du pour et du contre.

- C'est à peu près ça.

- Avec les négresses, il y a une autre affaire, par exemple, il faut que tu fasses vraiment attention pour pas que la fille tombe enceinte.

- Pourquoi tu dis ça ?

- Mettons que la fille a un enfant et que c'est un garçon, il grandit, à quinze ans c'est comme une copie de toi, c'est comme un deuxième « toi-même », parce que c'est ton fils, mais tu es devenu à moitié nègre, tu imagines le trip ?

- Méchante mutation.

- Tu as beau pas être raciste, de là à vouloir devenir un nègre, je sais pas si ça me tenterait vraiment, moi.

- Oui, mais la négresse peut avoir une fille au lieu d'un garçon, à ce moment-là c'est pas comme si ton deuxième toi-même c'était un nègre, puisque toi tu es pas une fille.

- Ta fille, c'est quand même ta fille, c'est un peu comme un autre toi-même dans ce sens-là.

- En tout cas, ça fait des beaux mélanges, moi je trouve, j'aime ça, moi, les mulâtres, les femmes mulâtres, surtout, c'est pas trop nègre, c'est pas trop blanc non plus, c'est « exotique », mais pas pour virer fou.

- Oui, mais si ton enfant est à moitié nègre, je sais pas, moi, c'est un assez drôle de trip, tu trouves pas ? En tout cas, moi je pense que j'y penserais deux fois avant de m'embarquer...

Jeudi 25 décembre 2003